le riz Vietnamien

Étant le 3è pays d’exportation de riz dans le monde, il est certain que le riz Vietnamien occupe une place importante dans la vie économique, et la vie quotidienne des vietnamiens. Pourtant, il constitue  aussi une des éléments principaux dans la vie spirituelle au Vietnam.

riz-blanc-du-vietnam

le riz vietnamien blanc

Le riz vietnamien est en fait l’origine de notre culture : la riziculture

Depuis le début des temps, dans les plus anciennes légendes du pays, le riz Vietnamien existait déjà. On raconte l’histoire comment le prince Lang Liêu, qui est devenu le 18è roi de notre premier dynastie, a inventé le banh chung, banh day avec du riz gluant. On présente les plats d’origine de riz sur notre autel pour rendre hommage à nos ancêtres : du banh chung, banh day, du xôi gấc… ; on prépare des quintaux de riz gluant, des plateaux de xôi vò (du riz gluant cuit de manière assez compliquée) comme cadeaux de mariage; est on n’oublie jamais un bol de riz garni d’un œuf dur sur l’autel d’une récente décédée… L’aspect culturel du riz est donc indéniable.

Il est indispensable

L’omniprésence du riz au Vietnam est très évidente. Comme nous avons mentionné dans notre présentation globale sur la cuisine au Vietnam, le bol de riz vietnamien est la seule chose invariable dans l’immensité des mets vietnamiens. De plus, on en mange avec de multiple différente manière.

Les plats à base du riz

Cơm

Cơm_ Du riz blanc cuit, la forme la plus commune du riz. Un bol de rit cuit a un rôle aussi important que celui des tranches de pain dans un repas français. Tout autre mets sert comme les plats d’accompagnement. Dans le passé, les anciennes familles aristocrates ajoutent des grains de lotus pour obtenir du riz parfumé.

Cơm tấm

Cơm tấm _ du riz blanc brisé. Avant, dans le Sud, les pauvres ne peuvent pas se permettre au riz aux grains entiers_ celui de bonne qualité, mais ne peuvent qu’acheter du riz brisé. Ils les cuisent et servent sur une assiette avec un bout de viande, un autre de légume…et voilà un repas. La star du riz vietnamien_ Cơm tấm est sa sauce, faite du saumure de poisson mélangé avec du sucre, ce qui donne au plat un goût unique. Mais avec le temps, le cơm tấm est devenu de nos jours un plat préféré par les officiers grâce à sa commodité.

riz-vietnamien-cuit-en-bambou

le riz vietnamien cuit en tige de bambou

La soupe

Cháo_ Du riz vietnamien cuit avec beaucoup d’eau, ce qui donne une texture de potage au riz. Dans l’époque de la famine, il n’y avait pas assez de riz, et la seule chose que l’on avait est du cháo. Pourtant, de nos jours, du de sa légèreté, il est devenu le premier choix pour nourrir les malades ou les petits enfants dont le système digestif ne fonctionne pas très bien. C’est aussi un choix excellent pour un repas de nuit : personne ne veut des ballonnements avant son sommeil.

riz-vietnamien-gluant-jeune

riz gluant jeune

Les pâtes

Bún, phở, mì, bánh canh…_ Les pâtes de base de riz vietnamien. Outre que l’origine (du riz au lieu du blé), les pâtes du Vietnam sont toujours servis frais. Tandis que en Europe, on trouve plus souvent des pâtes séchés et en boîte ; et si l’on veut avoir des pâtes frais, on doit soit se mettre dans la cuisine, soit payer une somme assez grande. Les pâtes, cette gamme de variation des produits du riz est celle la plus…variée. Bún et phở sont des variations du Nord, où bún sont les fils de forme ronde que l’on mange avec des bouillons divers, qui sont plus tôt acides et légèrement pimenté ; tandis que phở est évidemment un des ingrédients du fameux phở, servi avec du bouillon de bœuf ou de poulet, et, spécialement dans les régions montagneuse comme Tuyen-Quang, il est servi avec une sauce aigre-douce, qui est un mariage intéressant de la cuisine vietnamienne et celle de la Chine. Les mì, bánh canh, bánh hỏi, hủ tíu… sont des variations des régions centrales et du Sud. Ils forment des spécialités très appétissantes comme le Mì Quảng, le bánh canh Hội An, bánh hỏi cuốn chạo tôm, hủ tíu mỳ… À découvrir, certes, dès que vous avez l’occasion.

des-nouilles-à-base-du-riz-vietnamien

des nouilles à base du riz vietnamien

Le Cốm

Cốm_ du riz jeune, ou parfois appelé du riz vert_ un des traits identifiant de la gastronomie des régions dans le delta du Fleuve Rouge. Jeune, car il est du riz gluant récolté un mois avant sa maturation, et reste encore légèrement mouillé. On le frit pour but de conserver le goût et l’odeur subtil de l’herbe fraîche, puis les battre d’environ 7 fois dans les mortiers. Après, on emballe des portions de cốm dans les feuilles de lotus, pour rajouter une odeur délicat aux pépites. Du cốm se mange à petit bout, seul, ou avec des bananes murs.

Le riz vietnamien est en tout cas l’âme du repas au Vietnam. Grâce à la mondialisation, il se rend de plus en plus fameux, et emmène avec lui des recettes vietnamiennes aux quatre coins du monde.