horizon vietnam travel
Rencontre au bout du monde - les voyages dans les rêves!
(Prix d’un appel local en france)
0970444651
Vietnam Cambodge Laos Birmanie Chine

Les Empereurs de Hue

Hué était la capitale du Vietnam pendant la dynastie Nguyen (1802-1945). C’est la dernière dynastie monarchique de Vietnam créée par les Empereurs Nguyen. Elle comprend 13 empereurs de sept générations, dont on a la généalogie :
Dans cet article, nous vous présentons des Empereurs les plus importants :

Gia Long – Le Fondateur de la Dynastie Nguyễn

Gia Long est le premier Empereur et le fondateur de la dynastie impériale des Nguyễn. Il est né à Hué en 1762 avec le nom de naissance de : NguyễnPhúcÁnh ou NguyễnÁnh, et mort en 1820.

Gia Long est né à la fin de la Guerre Trịnh – Nguyễn. De 1627 à 1673, le Vietnam était divisé par deux. Le Nord du Vietnam était gouverné par le Clan Trịnh au nom des Empereurs Lê, et le Sud était géré par le Clan Nguyễn. Cette époque a fini grâce à l’Armée TâySơn. L’Armée TâySơn a détruit les clans Trịnh et Nguyễn, subverti le gouvernement fantoche des empereurs Lê et unifié le pays sous le commandement de l’Empereur Quang Trung.

Gia Long est le petit-fils d’un des derniers Seigneurs Nguyễn. Après la capture de presque tout son clan par l’Armée TâySơn, il s’est enfui et il a dirigé une guerre pendant 25 ans avec l’Armée TâySơn pour restaurer la Dynastie de Nguyễn.

Au-delà des grands échecs et des recours à la Thaïlande et à la France, après la mort de l’Empereur Quang Trung, Gia Long a vaincu l’armée TâySơn en 1802. Il est monté sur le trône et a attendu la fin de la guerre civile.

Ensuite, Gia Long a renommé le pays de ĐạiViệt au Vietnam. Il a transféré la capitale de Thăng Long (Hanoi) à PhúXuân (Hué). Il a remplacé aussi les réformes de Quang Trung par des politiques sociales et éducatives confucianistes des dynasties dernières. En outre, Gia Long a frayé la voie pour les influences françaises au Vietnam. Grâce à lui, le Vietnam est devenu une grande puissance militaire de l’Indochine.

Minh Mạng–Empereur des « plus grands»

Minh Mạngest le deuxième Empereur de la Dynastie Nguyễn. Il est né en 1791 avec le nom de naissance : NguyễnPhúcĐảm. Après la mort de Gia Long en 1820, il a régné pendant 21 ans jusqu’à sa mort en 1841.

Au cours de son règne, Minh Mạng a promulgué des réformes intérieures. Il a renommé le pays de Vietnam au Đại Nam, a fondé le Cabinet ministère et le Conseil secret de l’Empereur à Hué, abrogé la fonction de Gouverneur de Hanoi et Gia Định, délégué les mandarins à défricher le Nord et le Sud du Vietnam… Il appréciait le Confucianisme, mais a interdit de propager le Christianisme. Selon Minh Mạng, le Christianisme était une religion païenne et il pouvait démanteler la tradition nationale.

En outre, à l’extérieur, Minh Mạng n’a fourni aucune réforme. Il a maintenu les politiques extérieures de Gia Long, par exemple : s’isoler, refuser tous les communications avec l’Occident, interdire les gens de faire du commerce avec les étrangers… Comme Vietnam ne touchait pas les nouvelles technologies, le pays était reflué en arrière.

C’était aussi une période troublée à cause des guerres. À l’intérieur, les insurrections des paysans ont éclaté. À l’extérieur, Ming Mạng a contrôlé Ailao (maintenant Laos), a vaincu le Thailande, et a occupé le Phnom Penh…

On dit que Minh Mạng est un empereur des « plus grands » car il disposait de la plus grande capacité d’éros. Il avait le plus grand harem, composé d’environ 500 ou 600 femmes. Chaque nuit, il reposait avec 5 femmes. C’est pourquoi le nombre de ses fils est le plus grand : 142 personnes, donc 78 princes et 64 princesses.
Tự Đức–Dernier Empereur du Vietnam Indépendant

Tự Đức (1829-1883), ou Nguyễn Phúc Hồng Nhậm, est le quatrième empereur de la Dynastie Nguyễn. Il fut l’empereur régnant le plus longtemps dans la ville Hué, de l’année 1847 à l’année 1883.

Son règne a marqué de mauvais événements pour le destin du Vietnam. En 1858, l’armée franco-espagnole a débarqué à Tourane (maintenant ĐàNẵng). Face à ce risque, certains mandarins ont envoyé les placets à TựĐức pour proposer des réformes dans tous les domaines. Mais la court de Hué ne pouvait pas se mettre d’accord, donc l’empereur n’a pas décidé. Jusqu’en 1878, on a réalisé les premières étapes de réforme comme l’apprentissage des langues étrangères, cependant, les dignitaires avaient quand même des avis divergents et ils se sont séparés en deux parti : Réforme et Conservateur.

La court de Hué fut de plus en plus impuissante face à l’attaque française. Elle se divisa même en deux partis : parti de la guerre et parti de la paix. Enfin, après la mort de TựĐức en 1883, l’armée française attaqua Hué et elle contraint la court de Hué à devenir « protectorat français ».
Donc, après le règne de TựĐức, la dynastie Nguyễn n’existait que par son nom.
HàmNghi, ThànhThái et DuyTân– Empereurs patriotes

HàmNghi, ThànhThái et DuyTân sont des empereurs patriotes. Au cours de leurs règnes, ils s’efforcèrent de lutter contre les français. Finalement, ils s’exilèrent à l’étranger. HàmNghi passa ses derniers jours en Algérie. ThànhThái et son fils, DuyTân recommencèrent une nouvelle vie sur l’ile de La Réunion.

Pendant ces jours, DuyTân fit des études de radio-télégraphiste. Ensuite, il écrit plusieurs poèmes publiés sur les journaux Le Peuple, Le Progrès. Puis, l’ex-empereur suivit l’appel du Général De Gaulle et participa à la résistance française lors de la Seconde Guerre mondiale.
BảoĐại – Dernier Empereur du Vietnam

BảoĐại est le dernier empereur de la Dynastie Nguyen et de la Monarchie du Vietnam. Il régna de 1925 à 1945 sous la colonisation française jusqu’au succès de la Révolution d’Août. Pendant son règne, il réorganisa les mandarins de la court.

Après la Révolution d’Août, le 30 Août 1945, BảoĐại abdiqua et devint le Conseiller Suprême du Vietnam. Il prononça cette phrase : « Il vaut mieux être habitant d’un pays indépendant qu’être roi d’un pays esclave. »

Cependant, en 1949, au cours de la guerre d’Indochine, conformément à la demande des mandarins, il contribua à La République vietnamienne. Il fut Chef d’État jusqu’en 1955.