Home Responsable Voyage responsable En coopération avec L’école des rizières – Voyage 2019 – Chapitre 14

En coopération avec L’école des rizières – Voyage 2019 – Chapitre 14

Publié par L’école des rizières

Voyage 2019 – Chapitre 14 : Notre rencontre avec la famille de M. Chao A Tu

La dernière famille que Bau nous a présentée est celle de Monsieur Chao A Tu.
Monsieur Chao souffre d’importants problèmes de santé qui ne lui permettent plus de travailler.
Alors il reste à la maison pour s’occuper de ses 6 jeunes enfants.
Son épouse travaille dans les rizières, mais ses faibles revenus sont insuffisants et la famille vit dans une extrême pauvreté.
 
Quand Bau les a rencontrés, la maison était mangée par les termites mais la famille n’avait aucune solution pour se reloger.
Alors, via Horizon-Vietnam, Bau leur a proposé un cadeau inespéré :
20 000 000VND (770€) pour se reloger.

Signature du contrat
Lors de notre séjour à Lao au mois de septembre, nous sommes arrivés chez M. Chao avec de la nourriture pour les 6 enfants.
Une délicate attention de Bau pour aider cette famille en grande difficulté.

C’est un homme souriant malgré ses problèmes de santé, que nous avons eu la chance de rencontrer.

Quand nous avons quitté le village au mois de septembre, l’ancienne maison n’était pas encore démontée mais le bois pour la nouvelle commençait à arriver.

Nous avons suivi l’avancée du chantier.

Et sept semaines plus tard, la nouvelle maison est à présent terminée.

Pour permettre aux 4 maisons offertes par Horizon-Vietnam d’être rapidement montées, 70 villageois ont spontanément offert leur main d’œuvre.
La construction de chaque maison s’est terminée par un immense repas pour remercier toutes les personnes qui avaient travaillé sur les chantiers.

Ce dont Bau est le plus fier aujourd’hui, c’est d’avoir créé au cœur de ce village, un beau mouvement de solidarité.

Il sait qu’il pourra continuer à compter sur tous les villageois, pour travailler sur ses futurs chantiers.
Il sait qu’il pourra également compter sur le soutien du chef du village, qui à travers ce mouvement de solidarité, a trouvé auprès des villageois un nouveau rôle emprunt d’humanité.
En regardant les photos prises par Bau lors de son premier voyage, et en les comparant à celles que nous avons prises un mois plus tard, ce qui nous a frappé c’est que l’espoir retrouvé avait totalement modifié les traits du visage des familles qu’il avait aidées.
Plus qu’un hébergement décent, c’est avant tout, de l’humanité, de la dignité et l’envie d’avancer malgré les difficultés, que ces familles avaient retrouvées.

À voir aussi:

Inscrivez-vous à notre newsletterPour recevoir des nouvelles, articles culturels...