Home Culture Contes et légendes Chique de bétel du Vietnam

Chique de bétel du Vietnam

La légende due la Chique de Bétel : Il était une fois, Tan et Lang qui étaient deux frères, issus d’une famille d’un dignitaire qui avait reçu le titre de Cao (supérieur) du roi Hung, ces deux frères se ressemblaient comme deux gouttes d’eau bien qu’ils ne soient pas jumeaux. Le seul point différent était le caractère. L’un était gai, l’autre sérieux. Ils étaient étroitement liés l’un à l’autre. Tan était l’aîné, Lang le cadet.

femme vietnam et le betel

Avant sa mort, le père a confié Tan à un respectable moine taôiste. Bien sûr, Luu le moine a accepté de s’occuper de l’enfant. Le frère cadet a insisté pour suivre l’enseignement que Luu donnait à son frère. Donc, tous les deux ont été acceptés par le moine. Celui-ci avait une fille, belle et un peu près du même âge que les frères. Elle ne pouvait pas les reconnaître l’un de l’autre. Un jour elle a pu les distinguer l’un de l’autre, grâce à un ruse; elle leur a apporté une soupe, mais elle n’a servi qu’un bol et une seule paire de baguettes, puis elle sortie se cacher derrière la porte. Lorsque les deux frères étaient seuls, le plus sérieux a laissé la soupe à son frère aîné qui était le plus gai.

le betel au vietnam

Les années ont passé. Une amitié de plus en plus forte liait Tan, l’aîné et la fille du moine. Voyant cela, le moine a accordé la main de sa fille à Tân. Le mariage a eu lieu et le jeune couple est parti s’installer dans une nouvelle maison où le cadet est venu les rejoindre. Toutefois les relations entre les deux frères n’étaient plus les mêmes.

Un soir, lorsque les deux frères avaient travaillé aux champs toute la journée, Lang est à la maison avant Tân. A peine avait- il franchi le seuil de la maison que l’épouse de Tân s’est précipité sur lui pour l’embrasser. Le cadet a poussé un cri de surprise qui a fait comprendre à la jeune femme sa méprise. Il était cependant trop tard, Tân rentré des champs, les a trouvés tout confus. Les relations entre les deux frères ne se sont pas améliorées. Le cadet s’est rendu compte que Tân était jaloux de lui et a décidé de les quitter.

le betel au mariage vietnam

Il a marché longtemps et est arrivé au bord d’un grand fleuve qu’il ne connaissait pas. La tête entre les mains il s’est mis à pleurer le jour puis la nuit. Au lever du soleil, il était mort et son corps était devenu une grosse pierre au bord du fleuve.

Tân, pris de remords, parti chercher son frère. Il a marché plusieurs jours et est arrivé auprès d’un grand fleuve. Fatigué, il s’est arrêté et s’est assis sur une grosse pierre. A l’aube, au lever du soleil, il s’aperçu que la pierre était son frère pétrifié. Il s’est relevé et s’est mis à pleurer. Il a pleuré toute la journée et toute la nuit puis s’est transformé en arbre.

Le lendemain matin, sa femme partie est  à sa recherche. Elle est arrivée finalement au bord d’un grand fleuve. Fatiguée, elle s’est assise sur une pierre et s’est appuyée contre un tronc d’arbre et s’est mise à pleurer jusqu’à ce qu’elle n’ait plus de force. A la place de la jeune femme, une plante grimpante a poussé, enlaçant le tronc de l’arbre. A côté du bloc de pierre était maintenant un arbre entouré de la plante grimpante.

A cet endroit, le moine Luu et son épouse ont fait construire un temple appelé” temple de l’entente fraternelle et de la fidélité entre époux”.

Un beau jour, le roi Hung passait dans la région. Il s’est arrêté pour admirer la beauté et la sérénité des paysages, devant le temple. Il s’est adressé à son entourage et a demandé qu’on lui raconte l’histoire de ce monument…Depuis lors, la culture de ces plantes grimpantes appelées bétel a été répandue sur ordre royal, de même qu’un décret du roi Hung a obligé désormais les jeunes gens à fournir à leurs familles, et à leurs invités, pour leurs mariages, des feuilles de bétel (plante grimpante), des noix d’arec (fruit, de cet arbre extraordinaire) et de la chaux (comme la grosse pierre). Les trois, symboles du bel amour entre Tan et la fille du moine et l’entente fraternelle entre Lang et son frère aîné, doivent être mâchés ensemble et favorisent la conversation entre amis, en souvenir du bel amour entre Tan et la fille du moine Luu et l’entente entre Lang et son frère ainé.

 

 

 

 

 

À voir aussi:

Inscrivez-vous à notre newsletterPour recevoir des nouvelles, articles culturels...