Home Culture Histoire Gestion crise Covid 19 au Vietnam

Gestion crise Covid 19 au Vietnam

L’année 2020 restera sans doutes dans les mémoires pour la pandémie du nouveau coronavirus qui a ravagé le monde entier. qu’en est il de la gestion crise Covid 19 Vietnam?

Il est bien vrai de dire qu’aucun pays n’a put être insensible aux impacts  sanitaires et économique de cette crise gigantesque. Par contre les effets et les conséquences ont été différents pour chaque nation.  Nous allons vous parler dans cette article de la gestion de la crise de Covid 19 au Vietnam, qui, à l’image d’un petit village de gaulois irréductible à sut faire face à l’arrivée de l’envahisseur

lutte_covid19-Vietnam3

Déclaration du virus en Chine, réaction vietnamienne.

Dés les premier prémices de l’épidémie en début d’année 2020, le 9 janvier, la menace à été prise au sérieux par le gouvernement Vietnamien. La proximité avec la Chine et l’expérience de la précédente épidémie de SRAS en 2003 rendait la situation particulièrement préoccupante au yeux des Vietnamiens.

Le premier cas de COVID-19 au Vietnam a été signalé le 23 janvier 2020.   Une semaine après la confirmation du premier cas, le Vietnam a formé un comité directeur national pour coordonner la stratégie «pangouvernementale» du Vietnam contre l’épidémie, se réunissant initialement tous les deux jours.

En ce début d’année,  16 cas de contamination sont avéré, principalement liés à un groupe de travailleurs rentrés de Wuhan  à leurs proches.

Pour empêcher la propagation de l’épidémie, le Viêt Nam ferme sa frontière avec la Chine dès le 1er février et a rapidement suspendu l’ouverture des écoles.

Première quarantaine locale

À Vinh Phuc, une province du nord à environ une heure de route de Hanoi, les dirigeants provinciaux ont confiné une commune nommée Son Loi, ils ont isolé des patients et leurs contacts étroits dans des camps de quarantaine pendant au moins 14 jours et ont activé le dépistage à l’échelle de la communauté dès les premières de propagation communautaire.

Une deuxième vague de cas a été découverte le 6 mars; ces cas ont été importés de nouveaux clusters comme l’Europe, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Le lendemain de la détection du premier cas de la deuxième vague, le gouvernement avait suivi et isolé environ 200 personnes qui ayant des contacts étroits, vivaient dans la même rue ou étaient sur le même vol depuis Londres que le patient.

Politique de communication et de prévention

Dès lors, la population Vietnamienne est mise au courant d’une menace pour leur santé. l’information est relayée partout : Télévision, réseaux sociaux, pancartes… Il est recommandé de porter le masque et de pratiquer une hygiène accrue. Tout cela est pris très au sérieux, les masques sont souvent portés de manière volontaire et spontanée dans les entreprises et dans les lieux publics.

Une chanson anti-covid deviens notamment virale et symbolique de la lutte Vietnamienne contre le virus : Lien

lutte_covid19-Vietnam2

L’avantage culturel du Vietnam est que les démonstrations d’amitiés ne sont pas physiques : On se dit bonjour par la voix et il n y a aucun contact physique. C’est la même chose pour le masque, la population est habituée à le porter, l’adaptation se fait donc pour le mieux.

Une épidémie contrôlée mais menaçante

En mars la situation est toujours inquiétante notamment après la déclaration d’un nouveau cas à Hanoï qui entraine une série d’infection. Certains quartiers sont bouclés pour limiter la propagation du Virus.

La politique tracer, tester, isoler est menée de manière efficace. Les quarantaines sont strictes et contrôlées.

lutte_covid19-Vietnam4

Le 22 mars le Vietnam ferme ses frontières et bloque tout vol international.

Même si Viêtnam ne compte que quelques cas par jours, le pays s’est finalement placé depuis début avril en confinement généralisé. En effet une épidémie généralisé serait une catastrophe pour le pays et le système hospitalier serait rapidement mis à mal.

Après 15 jours de confinement général du pays, et au terme de sept jours consécutifs sans nouveau cas de coronavirus, le Viêt Nam commence le 22 avril à alléger les mesures de confinement. Les commerces, les services non essentiels et les vendeurs de rue peuvent reprendre leurs activités, mais les rassemblements de plus de 20 personnes restent prohibés.

Mai, juin, juillet, aucune nouvelle transmission locale

Durant trois mois aucune transmission locale n’est déclarée. L’accès au territoire demeure interdit aux étrangers, excepté, sur autorisation préalable des autorités vietnamiennes. Les personnels diplomatiques et d’ambassade, experts ou travailleurs hautement qualifiés et leur famille, étudiants avec obligation d’effectuer à leur arrivée une quarantaine de 14 jours.

La vie a l’intérieur du  Vietnam est donc normale sans restriction particulière.

Nouveaux cas à Danang

À la fin juillet 2020, une dizaine de cas sont confirmés à Danang sans que l’on puisse identifier l’origine.

Avec une moyenne d’environ trente cas par jours, la situation deviens très inquiétante.  Le 31 juillet, le Viêt Nam a enregistré son premier décès lié à la Covid 19.

Le 28 juillet, les autorités de Da Nang déclare  une mise en quarantaine de la ville pour une durée de 15 jours. De nombreux cas dans tout le pays avec des facteurs épidémiologiques liés à Da Nang  sont détectés.

Les mesures s’avèrent efficaces, puisque à partir de début septembre plus aucun cas n’est remonté.

A nouveau le pays se permet de vivre normalement et en toute sécurité. Le pays reste toutefois fermé à l’international, observant avec attention l’évolution de la situation mondiale pour pouvoir réouvrir les frontières.

le nombre de cas déclaré au 31 décembre 2020 est de  seulement 1505 cas.  35 personnes ont succombé du virus.

L’espoir du Vaccin

Alors qu’a l’Aube de 2021, l’espoir d’une fin de pandémie arrive, le Vietnam se prépare également.

Les essais humains de Nanocovax, le premier vaccin Covid-19 au Vietnam développé par Nanogen Pharmaceutical Biotechnology JSC, ont débuté en janvier 2021.  Avec deux hommes et une femme dans la vingtaine se faisant vacciner à l’Université de médecine militaire du Vietnam à Hanoi. Ce vaccin prévu à moindre coût et pouvant se conserver à des températures non extréme est prévu pour la fin de l’année 2021.

En parallèle, le Vietnam, dans la Gestion crise Covid 19 Vietnam commande en janvier 2021 au  moins 30 millions de doses du vaccin COVID-19. Il est développé par AstraZeneca avec l’Université d’Oxford. La campagne de vaccination est prévue de s’étaler tout au long de l’année.

28 janvier : Nouvelle alerte et recrudescence de cas

Le 28 janvier, alors que le pays n’a connu aucune transmission locale depuis près de 100 jours, de nombreux cas son déclarés

La troisième vague d’infection a commencé le 28 janvier 2021, le Vietnam  enregistre 84 autres cas de transmission communautaire en une seule journée dans les provinces de Hai Duong et Quang Ninh. La plupart d’entre eux sont liés à un seul travailleur migrant Hai Duong, qui a été diagnostiqué avec la variante du coronavirus britannique par les autorités japonaises après son arrivée à Osaka le 17 janvier.

Dans un premier temps, le gouvernement ne met en quarantaine que les zones directement liées aux personnes infectées pour limiter l’impact économique. Mais après un demi-mois, le nombre de cas progressait toujours, donc le 15 février, toute la province de Hai Duong est verrouillée pendant 15 jours tandis que Hanoi et Ho Chi Minh City ont arrêté toutes les activités de divertissement.

Le 7 mars 2021, l’épidémie dans les provinces du nord semble avoir été largement maîtrisée lorsque le nombre de nouveaux cas est tombé à un chiffre. Parallèlement à cela, le Vietnam a commencé sa campagne de vaccination de masse contre le COVID-19 le lendemain.

Cette période marque le plus grand déclaration de cas, portant le nombre à 2570 e 19 mars 2021.

Début de la vaccination

Le programme de vaccination contre le COVID-19 au Vietnam a commencé le 8 mars 2021, administrant le vaccin AstraZeneca aux travailleurs médicaux de Hanoi, Ho Chi Minh Ville et la province de Hai Duong.

Les vaccins proviennent de l’initiative COVAX (Vaccines Global Access) dirigée par l’OMS, créée principalement pour assurer l’approvisionnement des pays en développement. Le Việt Nam, en tant que bénéficiaire éligible, devrait recevoir 30 millions de doses tout au long de 2021.

 

 

À voir aussi: