Home Guide Trousse à outil Vietnam Les patrimoines mondials du Vietnam reconnus par l’UNESCO

Les patrimoines mondials du Vietnam reconnus par l’UNESCO

Introduction

Le Vietnam est un pays riche en histoire et en culture diversifiée, il est donc très fier d’avoir 22 patrimoines mondiaux du Vietnam reconnus par l’UNESCO.

Dans cet article, nous vous donnons des informations de base sur ces patrimoines mondiaux du Vietnam reconnus par l’UNESCO.

Patrimoine naturel mondial

1. La baie d’Ha Long.

Le 17 décembre 1994, la baie d’Ha Long a été reconnue par l’UNESCO comme site du patrimoine naturel mondial en matière de valeur esthétique exceptionnelle. Pour la deuxième fois, le 2 décembre 2000, la baie d’Ha Long a continué à être reconnue comme patrimoine naturel mondial selon les normes de valeurs géologiques et géo-morphiques.

2. Parc national de Phong Nha-Ke Bang

Ce parc national se situe au centre du Vietnam et a été désigné du patrimoine naturel mondial de l’UNESCO en 2003. Le parc se compose de la plus ancienne montagne karstique d’Asie qui aurait été formée pendant plus de 400 millions d’années. La grotte karstique abrite plusieurs systèmes de grottes et rivières souterraines. En plus d’être le plus grand système de grottes d’Asie, les formations de grottes ont également protégé la forêt calcaire de la région. Il est répertorié dans la catégorie naturelle pour ses valeurs géologiques exceptionnelles.

Patrimoine culturel

3. Sanctuaire de My Son

Lors de la 23e conférence du Comité du patrimoine mondial, le 1er décembre 1999, le site de la archéologique Cham My Son a été reconnu patrimoine culturel mondial car c’est un exemple typique d’échange culturel avec intégration dans la culture indigène. Les influences extérieures, en particulier l’art architectural hindou reflètent de manière vivante le processus de développement de la culture Champa dans l’histoire culturelle de l’Asie du Sud-Est.

En effet, le sanctuaire de My Son est un complexe de temples hindous partiellement ruinés et abandonnés qui ont été construits du 4ème au 14ème siècle après JC. Ces temples hindous ont été construits pour adorer le dieu hindou Shiva. Les temples ont été construits sur une vallée entourée de deux chaînes de montagnes. Il est également reconnu comme le plus ancien site archéologique habité d’Indochine. Cependant, la majorité des temples et des structures de la région ont été détruits pendant la guerre du Vietnam.

4. La vieille ville de Hôi An

Le 4 décembre 1999, l’UNESCO a reconnu l’ancienne ville de Hoi An en tant que patrimoine culturel mondial sur la base de deux critères : le patrimoine exceptionnel de la combinaison des cultures à travers les époques dans un port commercial national et étant un exemple typique d’une ville portuaire traditionnelle asiatique entièrement préservée.

La ville de Hoi An était un important port de commerce du XVe au XIXe siècle. Mais à ce jour, vous verrez encore des vestiges de la ville portuaire qui a prospéré au cours des siècles précédents. Les bâtiments et les plans des rues restent en grande partie intacts malgré l’invasion étrangère. Dans le même temps, vous aurez encore des indices de l’influence des envahisseurs étrangers et des autochtones, ce qui en fait un site du patrimoine mondial unique.

5. Le complexe des anciens monuments de Hue

Hue a été nommée capitale du Vietnam au début du XIXe siècle. Il a servi de centre politique, religieux et culturel jusqu’en 1945 sous la dynastie Nguyen. Les monuments complexes situés dans la ville servent également de centre géographique au Vietnam, ce qui le rend facilement accessible par la mer. Les monuments et toute la ville de Hue ont été conçus conformément à son cadre naturel tout en incorporant la philosophie orientale ancienne. Le plus majestueux est la cité impériale.

Pourquoi on dit le complexe?

Le complexe des anciens monuments de Hue désigne l’ensemble des monuments de cette ville inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993.   Il comprend principalement:

  • La Citadelle, la plus extérieure, destinée à héberger les bâtiments administratifs
  • La Cité Impériale destinée à héberger les palais royaux et lieux de pèlerinages
  • La Cité Pourpre Interdite pour abriter les résidences royales

En dehors des ouvrages qui constituent l’ancienne Capitale Impériale – Citadelle, Cité Pourpre Interdite, il s’agit également de pagodes, de temples, de couvents et d’écoles mais surtout des remarquables ensembles funéraires de la dynastie Nguyễn, tels que: le mausolée du Roi Minh Mang, le tombeau de l’empereur Tự Đức, la pagode de la Dame Céleste, etc.

Par conséquent, la 17e Conférence du Comité du patrimoine mondial, le 11 décembre 1993, a reconnu le complexe des anciens monuments de Hue en tant que patrimoine culturel mondial avec les critères suivants : Hue est un témoin exceptionnel du pouvoir féodal vietnamien qui avait perdu son apogée au début du XIXe siècle et est un exemple remarquable d’une capitale féodale orientale.

6. Secteur central de la citadelle impériale de Thang Long – Hanoi

Construite au 11ème siècle, la citadelle impériale de Thang Long à Hanoï a été inscrite sur la liste des patrimoines mondiaux de l’UNESCO au Vietnam le 31 juillet 2010 basant sur les critères suivants :

– Témoignage de l’influences de l’échange principalement de la Chine au nord et du Royaume de Champa au sud et critères pou

– Témoignage de la tradition culturelle de longue date du peuple vietnamien établi dans le delta du fleuve Rouge.

– Etant le centre du pouvoir de VII siècle jusqu’à aujourd’hui.

– Directement concerner à de nombreux événements culturels et historiques importants du pays.

En outre, à ce jour, la citadelle impériale et le site archéologique de Hoang Dieu reflètent la culture de l’Asie du Sud-Est qui rappelle la vie dans la basse vallée du fleuve Rouge à Hanoi.

7. Citadelle de la dynastie Ho

La Citadelle de la dynastie Ho a été construite au 14ème siècle et basée sur les principes du feng shui. la citadelle de la dynastie Ho se situe à Thanh Hoá.  C’est la preuve de l’épanouissement du néo-confucianisme au Vietnam à cette époque et de sa propagation dans d’autres parties de l’Asie de l’Est. De plus, la citadelle représente un nouveau style de ville impériale en plein essor en Asie du Sud-Est. Ce site du patrimoine mondial comprend trois éléments : la citadelle intérieure, le mur extérieur de La Thanh et l’autel Nam Giao.

En conséquence, à la 35e conférence du Comité du patrimoine mondial le 27 juin 2011 à Paris a officiellement inscrit la citadelle de la dynastie Ho dans la liste du patrimoine mondial culturel et naturel avec deux critères :

–  Une manifestation claire de l’interférence culturelle et de l’échange importants de valeurs humaines entre le Vietnam et les pays d’Asie de l’Est et d’Asie du Sud-Est à la fin du XIVe et au début du XXe siècle.

– Un exemple frappant d’un type d’architecture impériale qui symbolise la puissance impériale typique de l’Orient, et à la fois une forteresse militaire solide et majestueuse.

Patrimoine naturel et historique

8. Complexe paysager de Trang An

Situé à Ninh Binh, cette région est connue pour ses paysages pittoresques et ses visites de grottes en bateau. Il a été inclus dans la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO au Vietnam en 2014 à la fois pour sa valeur culturelle et naturelle. Elle est souvent appelée « la baie d’Ha Long terrestre». Le paysage comprend plusieurs pics karstiques calcaires, des vallées et des falaises abruptes. Les grottes ont été explorées par des scientifiques qui ont pu découvrir des preuves de l’activité humaine dans le paysage culturel datant de 30 000 ans. Selon les preuves recueillies, les personnes qui vivaient dans la région étaient des chasseurs-cueilleurs saisonniers. Il y a aussi de petits villages, des temples, des rizières et des pagodes dans la région.

  Patrimoine culturel immatériel

9. La Nha nhac – musique de la Cour de Huê

La musique de cour royale de Hue est un genre musical de cour féodale, jouée lors de festivals (roi du couronnement, glacier, autres fêtes religieuses) de l’année de la dynastie Nguyen du Vietnam. Le 7 novembre 2003, la musique de cour de Hue s’inscrit dans la liste des chefs-d’œuvre intangibles et orales de l’humanité.

10. L’espace de la culture de gong de Tây Nguyên

Inscrit en 2008 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (proclamée à l’origine en 2005), l’espace culturel des gongs des hauts plateaux du centre du Vietnam est étroitement lié à la vie quotidienne des populations locales. Leurs systèmes de croyances forment un monde mystique où les gongs produisent un langage privilégié entre les hommes, les divinités et le monde surnaturel.

Derrière chaque gong se cache un dieu ou une déesse. Chaque famille possède au moins un gong, ce qui indique la richesse, l’autorité et le prestige de la famille. Alors qu’une gamme d’instruments de cuivres est utilisée dans les différentes cérémonies, le gong seul est présent dans tous les rituels de la vie communautaire.

Chaque instrumentiste porte un gong différent mesurant entre 25 et 80 cm de diamètre. De trois à douze gongs sont joués par les ensembles villageois, composés d’hommes ou de femmes. Différents arrangements et rythmes sont adaptés au contexte de la cérémonie, par exemple, le sacrifice rituel des taureaux, la bénédiction du riz ou les rites de deuil.

11. Les chants populaires “quan ho” de Bac Ninh

Le 30 septembre en 2009, le chant populaire “quan họ” de Bac Ninh a été reconnu par l’Unesco sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ce sont les chansons folkloriques “Quan họ Bắc Ninh” qui sont interprétées comme des vers alternés entre deux femmes d’un village qui chantent en harmonie et deux hommes d’un autre village qui répondent avec des mélodies similaires, mais avec des paroles différentes. Les femmes portent traditionnellement de grands chapeaux et foulards ronds distinctifs ; les costumes des hommes comprennent des turbans, des parapluies et des tuniques.

Les paroles de la chanson expriment les états émotionnels de nostalgie et de tristesse de la séparation et le bonheur de la rencontre des amoureux.

Le chant “quan họ” est courant dans les rituels, les festivals, les concours et les rassemblements informels, où les invités interpréteront divers versets pour leurs hôtes avant de chanter au revoir.

Les chants “quan họ” témoignent de l’esprit, de la philosophie et de l’identité locale des communautés de cette région et contribuent à forger des liens sociaux au sein des villages qui partagent une pratique culturelle entre eux.

12. Le “ca trù” (chants des courtisanes)

Inscrit en 2009 sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, “Ca trù” est une forme complexe de poésie chantée trouvée dans le nord du Vietnam à l’aide de paroles écrites dans des formes poétiques traditionnelles vietnamiennes.

Les groupes “Ca trù” comprennent trois interprètes : une chanteuse qui utilise des techniques de respiration et de vibrato pour créer des sons ornés uniques, tout en jouant des claquettes ou en frappant une boîte en bois, et deux instrumentistes qui produisent le son profond d’un luth à trois cordes et les sons forts d’un tambour de louange.

Certains spectacles de “Ca trù” incluent également la danse. Les formes variées de Ca tru remplissent différentes fonctions sociales, notamment le chant d’adoration, le chant pour le divertissement, le chant dans les palais royaux et le chant de compétition.

“Ca trù” a 56 formes musicales ou mélodies différentes, chacune étant appelée « thể cách ». Les artistes folkloriques transmettent la musique et les poèmes qui composent des morceaux de « Ca Trù » par transmission orale et technique, autrefois, au sein de leur lignée familiale, mais maintenant à tous ceux qui souhaitent apprendre.

13. La Fête de Gióng

Le premier octobre 2019, l’Unesco a reconnu la fête de “Gióng” comme un patrimoine culturel immatériel de l’humanité, le festival “Gióng” des temples de Phu Dong et Soc est célébré chaque année dans les quartiers périphériques de Hanoi, la capitale du Vietnam.

Chaque printemps, avant la récolte du riz, le peuple vietnamien rend hommage au héros, dieu et saint mythique, “Thánh Gióng”, qui est reconnu pour avoir défendu le pays contre les ennemis étrangers, et est vénéré comme le dieu patron de la récolte, de la paix nationale et de la prospérité familiale.

Le festival au temple de Phu Dong, qui a lieu au cours du quatrième mois lunaire dans le village de sa naissance, reconstitue symboliquement ses exploits en chevauchant un cheval blanc dans la bataille et en orchestrant une danse de drapeau élaborée pour symboliser la bataille elle-même. Les jeunes hommes reçoivent une formation approfondie pour jouer les rôles de Capitaine de pavillon, Maître de tambour, Maître de gong, Maître d’armée et Maître d’enfants, tandis que 28 filles âgées de 9 à 13 ans sont sélectionnées pour jouer les généraux ennemis. Les mouvements de danse du maître du drapeau et les sons de tambour et de gong transmettent le développement de la bataille, et les papillons en papier libérés du drapeau dispersent symboliquement les envahisseurs.

L’arrivée des pluies après la fête est considérée comme une bénédiction du saint pour une récolte abondante. Les célébrations au temple de Soc, où Saint “Gióng” est monté au ciel, ont lieu le premier mois lunaire et comprennent le rituel de baignade de sa statue et une procession de fleurs de bambou au temple en offrandes au saint.

14. Le chant de “xoan”

Inscrit en 2017 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, le chant Xoan dans la province septentrionale de Phu Tho comprend le chant, la danse, le tambour et les battements de battant.

Il est étroitement lié au culte des rois Hung, une croyance ancrée dans la pratique du culte des ancêtres du peuple vietnamien. Les porteurs et les praticiens forment quatre guildes, dans lesquelles le «Trum» masculin et féminin joue le rôle le plus important: ils préservent les chansons, sélectionnent les élèves, transmettent les styles et répertoires de chant et organisent les pratiques. Ils sont également actifs dans l’introduction et l’enseignement du chant Xoan dans les clubs et les guildes.

En tant qu’art du spectacle communautaire, le chant Xoan favorise la compréhension culturelle, la cohésion communautaire et le respect mutuel. L’Institut vietnamien de musicologie a collecté 31 chansons Xoan, et grâce aux efforts de plusieurs artistes Xoan, quatre guildes ont été créées. Trente-trois clubs dédiés existent également et des séminaires sont organisés pour approfondir les connaissances de Xoan. Les artistes seniors Xoan transmettent le chant oralement, combiné à l’utilisation de chansons écrites et d’enregistrements audio et visuels.

15. Le culte des Rois de Hùng

Le culte des Rois Hung dans la province septentrionale de Phu Tho attire des millions de personnes chaque année pour commémorer leurs ancêtres et prier pour le beau temps, des récoltes abondantes, bonne chance et bonne santé.

La plus grande cérémonie, la fête d’anniversaire ancestrale des Rois Hùng, est célébrée pendant environ une semaine au début du troisième mois lunaire. Les gens des villages environnants s’habillent de splendides costumes et rivalisent pour fournir le meilleur palanquin et les objets de culte les plus précieux pour le rite clé dans lequel les tambours et les gongs sont transportés vers le site principal du temple.

Les communautés proposent des mets à base de riz tels que des gâteaux carrés et des gâteaux gluants, et il y a des spectacles d’arts folkloriques et verbaux, des coups de tambour en bronze, des chants Xoan, des prières et des pétitions.

Le 06 décembre 2012, le culte des Rois Hung s’inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

16. Le ” Đờn ca tài tử “

Inscrit en 2013 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, l’art de la musique et du chant « Đờn ca tài tử» est un élément indispensable de l’activité spirituelle et du patrimoine culturel des populations du sud du Vietnam.

La musique et les chansons évoquent la vie et le travail des gens sur les terres et les rivières de la région du delta du Mékong. Joué lors de nombreux événements tels que les festivals, les rituels d’anniversaire de la mort et les célébrations, « Đờn ca tài tử» est ainsi intimement lié à d’autres pratiques et coutumes culturelles, traditions orales et artisanat.

Les interprètes expriment leurs sentiments en improvisant, en ornant et en variant la mélodie squelettique et les principaux motifs rythmiques de ces pièces. Le «Đờn ca tài tử» est joué sur une variété d’instruments différents, dont le luth en forme de lune, le violon à deux cordes, la cithare à seize cordes, le luth en forme de poire, les percussions, le monocorde et la flûte de bambou. Son répertoire est basé sur vingt chansons principales et soixante-douze chansons classiques.

L’art musical se transmet par transmission orale, basée sur l’imitation, des maîtres instrumentistes et chanteurs aux étudiants. Les musiciens doivent étudier pendant au moins trois ans pour apprendre les techniques instrumentales de base et maîtriser les modes musicaux pour exprimer différentes humeurs et émotions. Les élèves de chant étudient les chansons traditionnelles et apprennent à improviser subtilement, en utilisant différentes techniques d’ornementation.

17. Les chants populaires “ví et giặm”

Les chants Ví et Giặm sont chantés par un large éventail de communautés dans les provinces du centre-nord de Nghệ An et Hà Tĩnh. Des chansons spécifiques sont chantées sans accompagnement instrumental tandis que les gens cultivent le riz dans les champs, les barques, fabriquent des chapeaux coniques ou endormissent les enfants.

Des chansons spécifiques sont chantées sans accompagnement instrumental tandis que les gens cultivent le riz dans les champs, les barques, fabriquent des chapeaux coniques ou endormissent les enfants.

Les paroles de Ví et Giặm utilisent le dialecte spécifique et les idiomes linguistiques de la région de Nghệ Tĩnh et les pratiquants chantent avec la voix particulière des habitants.

Beaucoup de chansons se concentrent sur des valeurs et des vertus clés, notamment le respect des parents, la loyauté, l’attention et le dévouement, l’importance de l’honnêteté et le bon cœur dans le maintien des coutumes et traditions du village.

Le chant offre aux gens une chance de soulager les difficultés pendant le travail, de soulager le chagrin dans leur vie, d’exprimer des sentiments entre hommes et femmes.

Les chants populaires “ví et giặm” ont été reconnus patrimoine culturel immatériel de l’Humanité le 27 novembre en 2014 par l’UNESCO) lors de la 9e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, au siège de l’organisation situé à Paris.

Aujourd’hui, Ví et Giặm sont couramment joués lors d’événements culturels communautaires et sont chantés par des artistes dans les théâtres.

Patrimoine documentaire

18. Les gravures sur bois de la dynastie Nguyễn

Les gravures sur bois de la dynastie Nguyen sont le premier patrimoine documentaire mondiale au Vietnam, reconnu par l’UNESCO le 31 juillet 2009.

19. Les stèles en pierre d’enregistrement des concours royaux des dynasties Lê et Mạc

En mars 2010, 82 stèles de doctorales sous la dynastie Le-Mac (1442-1779) au Temple de la littérature – Quốc Tửu Giám (Hanoi) ont été reconnues comme patrimoine documentaire mondial de l’UNESCO. Ce sont les seules stèles doctorales au monde à avoir une inscription (épitaphe) qui répertorient non seulement les docteurs qui ont réussi les examens il y a près de 300 ans (de 1442 à 1779) mais aussi enregistrent l’histoire des examens et la philosophie de la dynastie sur l’éducation et la formation et l’utilisation des talents.

20. Les tablettes de bois de la pagode Vĩnh Nghiêm

Le 16 mai 2012, la Commission UNESCO-Asie-Pacifique a officiellement enregistré les tablettes sur bois de la pagode Vĩnh Nghiêm dans la liste des sites du patrimoine documentaire de la mémoire mondiale en Asie-Pacifique. La pagode Vĩnh Nghiêm conserve et préserve actuellement de nombreux ensembles d’Écritures bouddhistes, les tablettes sur bois contiennent plus de 10 livres avec 3 050 gravures.

21. Les archives impériales de la dynastie Nguyễn.

Les archives impériales de la dynastie Nguyễn, communément appelés “Châu bản”, figurent désormais parmi les 78 nouvelles entrées au Registre international de “Mémoire du Monde” de l’Unesco.

Les archives impériales de la dynastie Nguyễn sont des archives administratives de la dynastie Nguyễn, la dernière dynastie féodale du Vietnam et dans la région, qui a duré de 1802 à 1945. La collection historique reflète tous les aspects de l’histoire de la société vietnamienne à l’époque et les relations familières de la dynastie Nguyễn avec d’autres pays partout dans le monde. Les archives impériales de la dynastie Nguyễn sont une source originale importante pour compiler l’histoire de la dynastie Nguyễn. De plus, ils sont essentiellement manuscrits sur du papier “Dó” en chinois et en “nôm” (vietnamien transcrit en chinois). Certains d’entre eux créés plus tard sont en français et en vietnamien. La collection est également le seul document administratif original qui contient des autographes de dix empereurs Nguyễn. La collection est maintenant conservée au Centre national des archives n ° 1 du Département des archives d’État du Vietnam.

Parc géologique mondial

22. Le plateau de pierre de Đồng Văn.

Le plateau a été reconnu par l’UNESCO comme l’un des 77 parcs géologiques du monde et le deuxième en Asie du Sud-Est après le parc géologique de Langkawi en Malaisie en octobre 2010. Đồng Văn a été le premier parc géologique du Vietnam.

Plus de 80% de la surface est recouverte de calcaire et présente une forte concentration de pics rocheux à plus de 2000 m d’altitude. La roche de Dong Van contiendrait des fossiles datant de 400 à 600 millions d’années.

Le parc s’étend sur les districts de Mèo Vạc, Đồng Văn, Yên Minh et Quản Bạ, sur une superficie totale de 2 300 kilomètres carrés. Le centre du plateau rocheux est la ville de Đồng Văn, à 150 kilomètres du centre de la province de Hà Giang.

Depuis l’aéroport international de Noi Bai, les touristes emprunteront la route nationale n ° 2 au nord sur 320 kilomètres pour rejoindre la très paisible ville de Hà Giang au bord de la rivière Miện.

Le plateau est l’endroit où les touristes peuvent ressentir une sensation palpitante et admirer les paysages magnifiques

 

À voir aussi: